La problématique générale de nos recherches est axée sur une meilleure compréhension de la mise en place et de l’organisation des colonies grecques sur la côte Nord-Ouest de la Mer Égée, grâce à la fouille systématique du site d’Argilos. Certains aspects primordiaux des processus de la colonisation grecque au VIIe siècle dans cette région n’ont été que peu ou pas étudiés et l’état exceptionnel des vestiges découverts jusqu’à maintenant sur le site nous permet d’aborder des questions fondamentales liées aux contacts culturels entre Grecs et non-Grecs et à l’urbanisme colonial. Comment prend naissance une ville, fondée sur un territoire peut-être peu hostile mais certainement fort différent des terres d’origines ? Quel est le rythme de son développement et par quoi celui-ci est-il conditionné ? Quelle est la nature des contacts et comment s’organisent les échanges avec les populations indigènes ?

presentationD

 

Afin de répondre à ces questions, les chercheurs ont concentré leurs recherches dans trois zones du site : en bordure de la mer, où ont été découverts les niveaux d’occupation les plus anciens de la ville ; sur le flan Sud-Est de la colline, où ont été dégagés d’imposants bâtiments publics et privés qui témoignent du rythme du développement urbain; et sur l’acropole du site, où les structures couvrent toutes les périodes d’occupation du site et notamment celle de la réoccupation à l’époque hellénistique, à la suite de la destruction de la ville par Philippe II en 357 av. n.è.

Vue aérienne du site d'Argilos mettant en évidence les trois secteurs de fouilles -->

Vue aérienne du site d’Argilos mettant en évidence les trois secteurs de fouilles